INSTANT PHARMA, ou l’essor de la e-pharmacie

46

La vente en ligne de médicaments est un sujet fortement polémique. Le ministère des Affaires sociales et de la Santé encadre depuis janvier 2013 cette pratique qui a vu le jour en juin 2012, à l’initiative d’un pharmacien caennais.

Ces sites sont réservés aux pharmaciens et doivent être adossés à une officine physique, ne pouvant proposer à la vente que des médicaments non soumis à prescription obligatoire (ce qui représente tout de même 3500 familles de médicaments) et des produits de parapharmacie ou produits vétérinaires.

pharmacie en ligne le havreVous l’aurez compris la vente de médicaments en ligne n’est pas un eldorado. Un récent sondage montre que plus de 80% des Français sont réticents à acheter leurs médicaments sans ordonnance en ligne, mais 56% se disent intéressés par la pratique de prix remisés.

Certaines officines ont opté pour un site vitrine. Comme l’explique M. Léonard, Pharmacie Normande .com (rue Mal Joffre), «la vente en ligne impose une logistique conséquente, des conditions de stationnement favorables au clic-and-collect, et des coûts de fonctionnement importants» (qu’ils soient internes ou externalisés via des plateformes mutualisées). L’option d’un site vitrine oriente la démarche de l’officine vers le conseil, l’information. Au même titre qu’une page facebook, avec cependant les contraintes communes de l’interdiction de publicité et du temps à y consacrer pour l’enrichir d’un contenu pertinent et dynamique.

L’évolution constante des comportements d’achat entretient cependant de réelles perspectives de développement. Et un enjeu majeur sous forme de question : la e-Santé pourra-t-elle se développer sans la e-Pharmacie ?

Pour connaître les offres d’accompagnement au numérique, contactez la CCI Seine-Estuaire
par mail : mcandas@seine-estuaire.cci.fr